A ne pas manquer Arts plastiques
Lumière à Turin
Yann Kersalé
Wim Delvoye
Spectacles
17.10.61
4.48 Psychose
Cinéma algérien
Littérature
Michel Tournier
Cahiers Intempestifs
Prix Rhône-Alpes du Livre
Musique
Voyageurs d'hiver
Exploration, liberté
Cadiot, Burger, Bashung
Jeune Public
Bella e bestia
Papotages
Le papillon
Art de vivre
 Manufacture Prelle
Trophée des Lumières

Liens

Suggestion en guise de carte de vœux pour cette année 2003:
se tourner vers Nietzsche-Diogène, le Gai-savoir, deux spectacles de la Compagnie Michel Véricel, à voir ou à revoir au Théâtre des Marronniers.
"Qu'avez-vous gagné à faire de la philosophie? Rien. La philosophie ne sert à rien. Sinon à être prêt à toute éventualité. D'autres questions?" (Diogène tranches de vie, extrait).
C'est le genre de réponse qui vous coupe le souffle! Mais cela permet, peut-être, de démarrer l'année lucidement et cette clarté nous est bien nécessaire.
D'autres spectacles: - le "Stabat mater furiosa" de Jean-Pierre Siméon mise en scène par Dominique Lardenois au Centre Léonard de Vinci à Feyzin
(mais non, il n'y a pas que des usines!) - et un "Shafton " version Tcheumiekdjian / Vincenot à l'Espace 44.

Pour les amateurs d'art, voici deux parcours.
Le premier
se propose de vous emmener de la Place des Terreaux au plateau de la Croix-Rousse en partant de la BF15 (Melik Ohanian), pour accéder ensuite aux trois galeries de la rue Burdeau: Mathieu (exposition collective), Réverbère (Beatrix Von Conta) et José Martinez (Erik Dietman).
Un peu plus haut, par la rue Dumenge on accède aux Vrais Rêves (Jerky Hutnik) pour terminer rue de Cuire et atteindre le Bleu du Ciel (Gérard Joblot et Serge Gal).
Le deuxième parcours vous emmène de la Place Bellecour vers Perrache en partant du Rectangle (Atelier Van Lieshout) et en poursuivant par la Place Gailleton avec Le Lutrin (on connaît rarement le programme parce que Paul Gauzit: c'est comme je veux, quand je veux! Mais il n'y a que des bonnes surprises) et la Galerie Dettinger (Evaristo). Ensuite on peut emprunter la rue Jarente pour rendre visite à Olivier Houg (Paul Raguenes) et terminer par la rue Vaubecour avec la galerie WM (Francis-Olivier Brunet).

Maintenant si vous allez à Paris, l'exposition incontournable, c'est Roland Barthes au Centre Pompidou, un rendez-vous important avec celui que Françoise Gaillard, surnommait dans un article du Monde des Débats: le démolisseur du "ça-va-de-soi".

Elisabeth Hamon