A ne pas manquer Arts plastiques
Collections à nu
Kim Sooja
Jean-Michel Othoniel
Spectacles
Mammame
Points de fuite
Les Harmonies de Werckmeister
Littérature
Couriot, l'album
Daniel Mauroc
Printemps des poètes
Musique
Barocco en tous ses états
Allons au XXIe
Willem Breuker Kollektief
Jeune Public
Bestiaire forain
Gepetto, père et fils
Le jazz de A à Z
Art de vivre
Du côté de la Belgique
Mémoire gay
Saint Augustin

Liens

Un mois de mars très riche à ne plus savoir où donner de la tête!
Parmi les bonnes nouvelles, le Festival Vidéodanse organisé traditionnellement par le Centre Georges Pompidou depuis 1982, se décentralise pour la première fois en région dans l'Est lyonnais et, précisons-le, à l'initiative de Maguy Marin.

Autre agréable surprise : une exposition au Goethe Institut des photographies de Ré Soupault  avec, notamment les clichés de Tunisie de 1938-1940 sur les femmes du "quartier réservé". Ré Soupault fut une des premières femmes à faire des études au Bauhaus à Weimar.
Et puis, comme nous sommes dans le quartier, tournons nos pas vers la Place Gailleton pour découvrir à la galerie Le Lutrin, les derniers travaux d'Hubert Munier, peintre que l'on qualifie d'"hyperréaliste" puisqu'il faut absolument mettre des étiquettes. En tout cas, un artiste dans la lignée de Caspar David Friedrich, qui suit son chemin et se moque des modes.  (Cela tombe bien, nous aussi!).

En musique, le choix est conséquent, que ce soit en jazz avec les festivals de Vaulx-en Velin et Grenoble ou bien les journées du GRAME aux Subsistances et les 10 ans de l'Ensemble Orchestral Contemporain à Saint-Etienne. Sans compter les nombreux pianistes de talent: Paul Lewis à l'Opéra de Lyon, Ilia Rachowski, invité de l'Association Chopin, Jean-Caude Pennetier à la Salle Gérard Philipe de Villeurbanne puis début avril, Pierre-Laurent Aimard pour une semaine Ligeti à l'Auditorium de Lyon.

Sans oublier une visite à l'exposition "Saint Augustin, africanité et universalité" au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon. Et oui, on a tendance à oublier, Augustin était algérien. Ce penseur a été, par ailleurs, le sujet de la thèse du philosophe Hannah Arendt. On apprend aussi qu'il était lu par le jeune Albert Camus et par le peintre Balthus au soir de sa vie.
Evidemment, l'événement majeur c'est le Printemps des Poètes, et croyez-moi Raymond Queneau, s'en étranglerait de rire de savoir qu'on lui fait sa fête au pays de la "Quenelle " puisqu'il a décidé un jour qu'il s'agissait du féminin de son nom!
Joyeux printemps!

Elisabeth Hamon